05 février 2009

Fruits de la Passion

 

Passion absolue, Passion relative!

Dans les labos, vous rencontrerez sûrement que des gens passionnés, la vie n'y est pas toujours facile et pour y tenir il faut au moins ça! Mais il y a passion et Passion!

Je distinguerai deux types de passions: l'absolue et la relative que l'on peut classer par rapport aux types de personnalités suivantes :

-absence de passion et d'intérêts : Bon benh là c'est pas dur, c'est sûrement pas mal de monde, que tout fais chier, une beauf attitude, spectateur lambda de TF1 ou compagnie des gens qui tiennent les murs je m'étalerai pas!

-le contraire c'est la passion pour la vie et le découverte en général où pour reprendre Karl Marx où « Rien d'humain nous est étranger ». C'est le passionné absolu.

-le troisième point du triangle c'est le passionné relatif c'est à dire celui qui comme le premier ne s'intéresse à pas grand chose sauf à une chose qui lui comble toute sa vie.

Je pense que le bon chercheur, le bon scientifique penche quelque part entre les deux derniers types. Je suis moi-même très « déséquilibré » car je penche franchement en science comme dans le reste de mon existence dans « l'absolue ». Et ça c'est vraiment très mauvais pour soi car la vie devient vite un enfer, car c'est vrai on à tendance au lieu de faire une chose bien de faire plutôt plein de choses mais n'importe comment. Les résultats sont donc souvent mitigés, et la deception souvent là, car si parfois la méthode dilettante apporte de beaux succès, qui procurent en plus le plaisir d'avoir réussi avec facilité ce n'est pas tout le temps la même chanson et souvent on mord la poussière. Mais le pire c'est que l'on doit vivre et cohabiter sur le même territoire avec les « relatifs » qui prospèrent dans le milieu de la science comme les moisissures sur une boite de pétri! Et là ça devient dur-dur. Ils ont pas forcément des meilleurs résultats que vous (surtout ramener au temps passé dessus c'est vraiment pas productif en général) mais comme ils sont toujours, toujours là-dessus, tout le temps en train de harceler le monde ils passent pour les « meilleurs de chez meilleurs » tandis qu'avec notre coté « touche à tout » on a vraiment l'impression d'être des glandeurs! Bon c'est un peu vrai dans mon cas, mais quand même faut-il devenir mono-maniac pour entrer dans la recherche? La réponse tend vers le « OUI » surtout que l'université-entreprise sélectionne de plus en plus ce genre de profile qui apparaît plus rentable dans la course à l'efficacité. Mais bon ça fini par faire un monde de la recherche très monolithique et même pas forcément efficace, car comme je vous le dirai plus loin le résultat des politiques « libérales »(j'aime pas utiliser ce mot car il est mal approprié en fait étant moi-même « libérale » au sens premier mais j'entends ici l'ensemble des politiques récentes qui poussent à la loi de la jungle et détruisent les hommes) risque bien, comme pour l'économie d'amener aussi à une crise du savoir et de la science, et on peut déjà dire que la science est plutôt en « croissance mole » dans notre société même si des choses avances malgré tout...

Bon je vous laisse je vais retourner à mon travail... (très)relativement intéressant!

Posté par lioneline à 11:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Fruits de la Passion

    Rendons à Terence ce qui est à Afer

    Ce n'est pas Marx qui a dit "Je suis homme et rien de ce qui est humaine ne m'est étranger", c'est Terence (Publius Terentius Afer, il l'a dit en Latin, il y a très longtemps. Même Giscard n'était pas encore né, c'est vous dire... D'ailleurs, comme plus personne ne sait traduire le Latin (et surtout pas moi) on en trouve diverses version? Je sais même que l mienne n'est pas la meilleure, mais je l'aime bien.
    Pour l'absence de passion et d'intérêt, il y a deux mots en trop: "de TF1". Le mot "téléspectateur" suffit à mes yeux à illustrer cette forme de molesse décourageante.

    Posté par Planplan rtplan, 05 février 2009 à 19:24 | | Répondre
  • Cruel dilemne

    désolé, le coup est parti tout seul, je n'avais pas fini, pas relu (d'où les fautes de frappe)

    Cruel dilemne, j'ai l'impression de lire mes sombres pensées dans vos écrits.
    Trop de passions tuent la vie, bousillent l'amitié et l'Amour. Mais si "on se limite", on finit par pratiquer la monoculture qui appauvrit l'esprit en nous rendant hyper spécialiste sur rien. Il n'y a pas de juste milieu, mais un choix de chaque instant : je fais mon boulot de prof en retard ? j'approfondis les ovnis ? la physique quantique ? le réchauffement climatique ? je cherche ce que sont devenus mes supers copains, disparus depuis 20 ans ? je fabrique un lifter ? je vole ? je skie ? je randonne ? je regarde un site au hasard histoire de me poser de nouvelles questions ?

    Passe moi la cigüe, stp
    .

    Posté par Planplan rtplan, 05 février 2009 à 19:34 | | Répondre
Nouveau commentaire